Une révision des taxes d’ici 2022

Ça aura pris le temps, mais finalement, le programme proposé par le président Macron semble voir petit à petit le jour. En avril dernier, le ministre des Comptes Publics a confirmé la suppression des taxes d’habitation pour les résidences principales d’ici 2022.

Une suppression qui s’appliquera finalement pour tous les Français

On se rappelle encore les discours du Président lors de sa campagne en 2017 concernant la révision des participations sociales et notamment des taxes d’habitation. 2 ans après, et après de longues négociations, la chose semble enfin être en bonne voie. En effet, le Ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a finalement confirmé la possibilité d’éliminer cette taxe pour tous les Français.

La mesure sera mise en place progressivement jusqu’à la fin du quinquennat du Président Macron. Initialement prévues pour seulement 80 % des particuliers, les autorités ont finalement voté pour une mesure applicable à 100 % sur tout le territoire. Cependant, seules les résidences principales sont concernées par cette dernière.

Des charges moindres pour tous les propriétaires ou presque

La taxe d’habitation est une taxe locale. Elle varie en fonction de la propriété. Elle vient s’ajouter aux taxes foncières et aux mensualités d’un crédit immobilier. Ce qui ne facilite pas la tâche pour certains propriétaires. Mais désormais, c’est fini. Afin de tenir sa promesse, les autorités comptent intégrer cette réforme dès la réalisation de la loi de finances de 2020. La suppression touchera toutes les résidences principales. Ce qui profitera à plus de 30 millions de ménages français.

À titre de rappel, la taxe d’habitation s’applique pour toutes les propriétés bâties ou non qui sont vouées à être des résidences. Ce qui engendre la possibilité pour certain d’acquérir un rachat de crédit à un meilleur taux.

Un manque à gagner pour l’État

Mais cette réforme a un coût que doit notamment supporter l’état. En proposant une annulation des taxes d’habitations à plus de 30 millions de foyers fiscaux, l’État doit combler 20 milliards d’euros de manque à gagner. Afin de minimiser les conséquences de cette démarche, les autorités ont voté pour une mise en place progressive de la mesure en l’introduisant dans les projets de loi de finances de chaque région.

En 2018 déjà, on annonçait une réduction significative de cette même taxe dans les différentes régions de France. Ce fut le premier pas vers la mise en application de cette mesure. On notait alors une baisse de 30 % sur les participations sociales des propriétaires. Cette année, on s’attend à une réduction de 65 % pour certains propriétaires. D’ailleurs, une grande partie des contribuables ne devraient pas attendre 2022 pour profiter d’une annulation de la taxe d’habitation. Dans certaines localités, la mesure s’appliquera d’ici l’année prochaine.

Il reste tout de même une question qui inquiète les contribuables : l’annulation de la taxe d’habitation n’aura-t-elle aucune incidence sur la taxe foncière ? Cela reste à voir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *