Composer soi-même son e-liquide, c’est possible !

e-liquide

L’e-liquide est un composant indispensable de la cigarette électronique. C’est son réchauffement qui provoque l’évaporation et donc la formation de la vapeur que le vapoteur va cueillir au niveau du drip tip pour inhalation. Cette vapeur se compose essentiellement d’eau et d’arômes étant donné que les liquides pour e-cigarette sont souvent parfumés. Sur le marché, on en trouve de nombreuses formules produites par diverses marques, mais savez-vous qu’il est également possible de composer soi-même son e-liquide ? C’est ce qu’on appelle de DIY pour « Do it yourself » ou « Fais-le toi-même ».

Quels sont les avantages de l’e-liquide DIY ?

Grâce à la grande variété de liquides proposés par les marques, trouver le meilleur e-liquide 2019 est facile. Il suffit de se rendre dans sa boutique favorite et de choisir parmi les arômes qui y sont proposés. C’est une manière pratique et rapide pour pouvoir vapoter immédiatement.

Si vous avez le temps et que vous aimez jouer les chimistes en herbe, il est possible de se confectionner son e-liquide personnalisé de temps à autre. Cela permet de retrouver une saveur unique et surtout de préparer un e-liquide non allergène. En effet, nombreuses sont les personnes qui ont du mal à trouver un bon e-liquide à cause de leurs composants sans compter que certains liquides ne portent même pas d’étiquettes affichant les différents ingrédients utilisés.

Faire soi-même son e-liquide c’est alors gage d’arôme unique, de transparence au niveau des ingrédients et de substance non allergène.

Comment se concocter son e-liquide fait-maison ?

Pour faire un e-liquide fait-maison, vous aurez besoin des matériels suivants : des pipettes graduées, des flacons pour stocker le liquide, des seringues, une base neutre, des arômes concentrés et, éventuellement des additifs selon la saveur recherchée.

Il convient de préciser que la base neutre peut être soit de la glycérine végétale soit du propylène glycol. La première est la plus appréciée, car elle n’engendre que très peu d’effets secondaires. Le propylène glycol ou glycérol entraîne effectivement quelques désagréments, pas bien graves, mais un peu gênants comme une déshydratation, un effet bouche sèche, des irritations au niveau de la gorge, … Ces symptômes disparaissent quelques heures après l’arrêt du vapotage et ils n’apparaissent pas de manière systématique.

Pour ceux qui veulent un e-liquide nicotiné, il suffira de choisir une base neutre contenant de la nicotine. Il est possible d’en choisir la teneur en fonction de la dose de nicotine dont vous avez besoin.

Peut-on se passer d’alcool dans les e-liquides faits-maison ?

Un des principaux avantages des liquides pour e-cigarette faits-maison, c’est que vous pouvez éviter d’y mettre de l’alcool.

Dans les e-liquides, cette substance joue le rôle de conservateur et d’exhausteur de goût. La loi oblige les fabricants à le mentionner sur les étiquettes dès lors que sa teneur est supérieure à 1 %.

Dans les liquides faits-maisons, vous n’en avez pas besoin. Il est vrai que la nocivité de l’alcool dans l’e-liquide n’est pas encore confirmée, mais la prudence reste quand même de mise.

Si vous souhaitez quand même en utiliser, il est conseillé de bien choisir le type d’alcool à utiliser. Pour ce faire, il faut tenir compte de son grade, de sa qualité et de sa destination. Généralement, l’alcool à utiliser est l’alcool Surfin à 96 % qui est non dénaturé, mais dont l’achat nécessite des justifications. Si vous avez décidé d’en utiliser, il est formellement interdit de le mélanger à d’autres types d’alcool comme le méthanol ou le propanol, car ces derniers ne peuvent être consommés.

Enfin, si en parallèle avec les e-liquides faits-maisons, vous utilisez des e-liquides prêts à l’emploi, vérifiez bien que l’alcool utilisé est l’alcool surfin. Si ce n’est pas le cas, mieux vaut l’éviter ou opter pour une formule sans alcool.

Comment préparer son e-liquide fait-maison ?

Pour préparer son e-liquide maison, la première règle à retenir c’est que la base neutre représente 70 à 90 % du flacon. On y ajoute ensuite un peu d’arôme dont le volume doit être égal à 10 % pour une base de 10 ml.

En ce qui concerne la nicotine, elle est déjà inclue dans ladite base, mais il faut savoir qu’en matière de vapotage, son taux ne doit pas dépasser les 18 mg/ml. Si vous avez acheté une base avec un taux de nicotine élevé sans faire attention vous pouvez la mélanger avec une base sans nicotine pour en réduire la teneur.

Concernant l’arôme, il est possible d’en utiliser plusieurs dans un seul e-liquide, mais dans les premiers temps, utilisez-en un seul pour pouvoir apprécier pleinement la saveur obtenue. Vous pourrez par la suite faire un cocktail d’arômes en fonction de vos goûts personnels.

Dans le cas où vous utilisez des additifs en poudre, il faudra les mettre en premier dans le flacon. Vient ensuite la base puis les additifs basiques que sont l’eau et les arômes. Pour terminer, on secoue bien le flacon, on le laisse reposer pendant environ 72 h et vous pourrez commencer à le vapoter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *